Ce que je n’ai jamais osé dire à Léon Barral

Publié sous Visites le 23 juillet 2011 par Viviane – 1 Commentaire

Cher Monsieur Léon,

Il y a des rencontres qui déterminent le choix d’une vie. Pour ce qui nous concerne, le choix avait déjà été fait mais il manquait une orientation toute particulière.

Sans même l’imaginer, sans même connaître mon existence, vous avez, par un seul verre, déterminé ce qui ferait de moi l’inconditionnelle militante, la passionaria, l’activiste des vins du Languedoc.

Depuis l’année 2006, je ne fais que saouler tout mon entourage à ne parler que de vous. Enfin de veux dire, sauf vot’respect, de la “Cuvée Jadis 2004” Léon Barral.

C’était la veille de mon examen d’œnologie, chez ma Professeure à Marseille. Pour atténuer mon stress et mon angoisse, elle a débouché « La » bouteille, celle qui me hante depuis cette année là et dont je rêve encore. Celle dont j’ai gardé, pour toujours, le souvenir olfactif, gustatif et visuel de ce verre servi pour me donner tout le courage qu’il fallait pour passer le lendemain, cet examen qui serait pour moi l’aboutissement d’un rêve de tout une vie et l’assouvissement d’une passion, celle d’entrer dans le monde du vin. Voilà Monsieur Léon ce que je vous aurais dit si j’avais osé. Mais voilà je vous ai croisé au détour du grand escalier de pierre du théâtre de Bordeaux où vous exposiez et je n’ai pas osé !

Le Petit Guide Loisel des Vins donne de la “Cuvée Jadis 2004” la définition suivante….Domaine Léon Barral – Cuvée Jadis 2004 – “Nez épicé, de fruits rouges, avec des notes animales évoquant le jus de viande rôti et de petites notes de cèdre. La bouche est puissante tout en restant assez légère. Le vin montre une grande personnalité et une remarquable harmonie s’appuyant sur une élégance sans ostentation inutile. L’équilibre est époustouflant. Un vin vraiment superbe.” Lorsque je n’avais pas encore les mots, j’avais raison de dire d’une manière un peu triviale qu’il y avait « à boire et à manger »  Merci Monsieur Léon de ce que, grâce à vous, j’ai découvert de votre région.

La photo que j’ai prise devant chez vous, comme à la sauvette, comme “un soupirant” sous le balcon….

  1. Cette lettre, c’est comme un roman… on a envie d’en connaître la suite. La lettre est-elle partie ? Avais-tu revu ou croisé M. Léon Barral au hasard d’un salon ? Tu étais à la porte du domaine et tu n’as pas fait le pas ? J’ai hâte de lire sa réponse… et que nous aurons un jour le plaisir de déguster ce vin qui semble digne de Bacchus !!!

  1. Il n'y a pas de trackbacks pour ce billet.